Actualités

Nos nouveaux petits BioLitiens

Le cycle BioLit Junior avec la classe de CE2/CM1 d'Alain Colas de Dinard (35) est terminé

Début juillet a eu lieu la dernière intervention de Planète Mer auprès de la classe de CE2/CM1 d’Alain Colas (Dinard, 35). Après avoir nettoyé la plage de Port Blanc (Dinard, 35), et identifier les différents déchets présents sur le littoral ; nos protecteurs de la mer ont pu restituer en classe leurs observations. Ils ont conclu que la majorité des déchets trouvés sur la plage étaient d'origine terrestre et qu’un déchet traînant dans la cour de récréation peut vite se retrouver dans la mer ! En formant des groupes de quatre, ils ont réfléchi sur des solutions permettant de réduire la présence des déchets sur le littoral. 

Les idées ont fusé ! Bien évidemment il y a eu : utiliser une gourde plutôt que des bouteilles en plastique, mettre plus de poubelles de tri au début des sentiers menant à la plage. Mais aussi, inventer une machine supersonique ne détectant et ne ramassant que le plastique dans le sable ! D’autres solutions à mettre en place à l’école ont été trouvées, comme organiser un temps dans la journée pour que toute la classe ramasse les déchets traînant dans la cour de récréation, installer plus de poubelles et un bac à compost.  

Nos explorateurs ont pu apprendre, lors de ce cycle BioLit Junior avec Planète Mer, la richesse de la biodiversité de la laisse de mer, son rôle essentiel et nécessaire pour l’écosystème marin, et pourquoi il faut la protéger. Maintenant la laisse de mer n’a plus aucun secret pour nos nouveaux BioLitiens !

 

Des hermelles à Marseille ?

L’enquête se poursuit avec des premières réponses !

En fin d’année 2020, une observation tout à fait inédite a été partagée sur biolit.fr. Des observateurs du programme BioLit Julien P. du Centre IDMer de la Ville de Marseille et Anjelika A. guide-conférencière naturaliste et proche de l'équipe de sensibilisation de la Ville de Marseille partageaient leur découverte : des hermelles ! Ce sont les travaux sur la présence historique des hermelles à Marseille de Daniel Faget, historien du milieu maritime, qui les a mis sur la piste des hermelles.

Cette découverte a particulièrement intéressée l’équipe de Stanislas Dubois de l’IFREMER qui porte le projet REEHAB pour mieux connaître la distribution géographique de ces vers marins. L’équipe BioLit a donc signalé l’observation dans ce programme.

Le doute plane cependant sur l’identification précise de l'espèce de la petite colonie présente à Marseille. En effet, plusieurs espèces d’hermelles sont présentes en Méditerranée. S’agit-il bien de l’espèce Sabellaria alveolata ? Pour répondre à la question, l’Ifremer a souhaité analyser quelques individus.

Pour cela, en mai dernier le prélèvement a été réalisé par Planète Mer, le Centre IDMer de la Ville de Marseille et les observateurs à l’origine de la découverte.

Après quelques semaines d’attente, la réponse est donnée par l’équipe de Stanislas Dubois. C’est bien Sabellaria alveolata !

Sans pouvoir statuer sur l’hypothèse d’une reconquête du milieu ou simplement de la non observation pendant plusieurs décennies, c’est une meilleure nouvelle pour la biodiversité !

Découverte de la biodiversité de l’île du Frioul

Une sortie réalisée avec les écogardes du Parc national des Calanques

Ce mercredi 30 juin, Planète Mer accompagné d'une écogarde et d'une écolontaire du Parc national des Calanques a embarqué dans la navette en direction de l’île du Frioul pour réaliser des animations autour de la biodiversité du littoral.

Tout en profitant de la beauté de l’île, les participants ont pu découvrir les spécificités du Parc et les enjeux liés à sa protection. Ils ont également pu identifier les habitats et les espèces du littoral en participant au tout nouveau jeu « Quizz Biodiversité Littorale » développé par Planète Mer dans le cadre du projet pédagogique Educalanques avec le soutien du Parc national des Calanques et de la Ville de Marseille. Cette sortie a également été une opportunité pour discuter du rôle écologique de la laisse de mer et des menaces qui pèsent sur la biodiversité. Ces échanges inspirants ont débouché sur l’application pratique d’une action à mener pour aider à protéger la biodiversité du littoral : le programme de science participative BioLit ! En partageant les observations réalisées sur le littoral, les participants contribuent à améliorer les connaissances sur la biodiversité.

Publication d’un nouvel article sociologique sur BioLit

Analyse du processus d’apprentissage de la reconnaissance des espèces

Florian Charvolin, enseignant-chercheur du Centre Max Weber (laboratoire de sociologie généraliste) et partenaire du programme BioLit depuis plusieurs années, vient de publier un nouvel article sur le programme. Celui-ci est intitulé “L’importance des cadrages dans l’apprentissage de la reconnaissance des espèces en sortie de science participative”.

 

En tant que support de son analyse, une sortie, sur l’action Algues Brunes et Bigorneaux, a été filmée en juin 2016. À travers cet enregistrement, il s’arrête sur plusieurs éléments particuliers de la participation et effectue des cadrages des situations.

Il a porté une attention particulière à la condition extérieure de la sortie ainsi qu’à l’utilisation du quadrat, qui sont tous deux des éléments de participation à de la science “non-confinée”. Il s’est également intéressé aux discours des BioLitiens, à l’utilisation de documents tels que les fiches espèces et a étudié des éléments du langage corporel comme le fait de montrer du doigt une espèce.

 

L'article présente donc l’ensemble des composantes de construction d’un savoir, dans le cas de BioLit, par des participants non-spécialistes, ayant chacun un vécu différent. Plusieurs conclusions ressortent de l’article. La première est que les modalités des pratiques d’interactions entre les documents, les personnes et l’environnement assurent le plaisir de la sortie BioLit. Ensuite, on peut souligner que l’apprentissage des noms justes des espèces est le fruit d’un processus en plusieurs étapes : prononciation du nom d’espèce (par exemple la gibbule), interaction entre les participants pour discuter autour de la validité du nom, consultation d’un document de référence (ici les fiches espèces du protocole) et finalement la validation du nom de l’espèce. Autrement dit et pour reprendre les termes de l'article, le nom d’espèce “fait le pont entre l’indexicalité de l’expérience terrain et un élément [...] dans la nomenclature”. Enfin, il est mis en avant qu’il est possible de continuer à produire de la connaissance avec de nouvelles participations. C’est pourquoi il est toujours intéressant de renouveler son expérience de BioLit.

 

Nous vous conseillons d'aller y jeter un coup d'œil pour lire l'intégralité des résultats de cette approche sociologique !

 

Pour lire l’article, c'est ici.

 

BioLit avec les Pirates du Plastique !

Retour sur une sortie réalisée par Planète Mer dans le cadre de la campagne des Pirates du Plastique

Mercredi 16 juin 2021, Planète Mer a animé une sortie pédagogique à la découverte de la biodiversité du littoral marseillais à l’Anse de la Maronaise (13) dans le Parc national des Calanques.

Pour commencer à familiariser les participants à la biodiversité du Parc des Calanques, une partie de jeu de Quizz Biodiversité Littorale a été lancée. Ce jeu, développé par Planète Mer dans le cadre du projet Educalanques coordonné par le Parc national des Calanques, a pour objectif de mieux connaître les espèces que l’on peut observer dans le parc ainsi que leurs habitats.

Les participants se sont ensuite concentrés sur l’observation de la laisse de mer. Ils ont ainsi découvert la richesse de la biodiversité de la laisse de mer et ont été sensibilisés à son rôle majeur pour cet écosystème.

Toutes les espèces observées pendant cette sortie ont été photographiées et les photos ont été partagées sur le site internet (www.biolit.fr) du programme national de sciences participatives BioLit !

Durant cette sortie, les participants ont aussi pris part à un ramassage de déchets sauvages sur la plage. Ils ont ainsi contribué à un deuxième programme de sciences participatives sur la caractérisation des déchets : ReMed Zéro Plastique.

 

Focus sur...

L'arénicole

Ce mois-ci Planète Mer vous invite à découvrir l'arénicole ! L'arénicole est un annélide polychète : un ver marin qui vit enfoui dans le sable vaseux, dans une galerie qu'il s'est construit. L'arénicole mange son chemin ! Elle ingère l'eau et le sable d'un côté, ce quiforme un "entonnoir" à la surface, et rejette le sable indigeste de l'autre sous forme de tortillons de sable.

Les pontes d'arénicole forment des masses gélatineuses translucides qui ressemblent à des petites sphères. Elles peuvent être observées sur le fond ou retrouvées sur les plages. Vos observations aideront les scientifiques à mieux connaître les périodes et les zones de ponte des arénicoles. Partagez vos observations des pontes dans l'Action BioLit « Les Saisons de la Mer ».

Vous trouverez plus d'informations dans la pièce-jointe.
 

Focus sur...

La vélelle

Ce mois-ci Planète Mer vous invite à découvrir la vélelle ! Bien que la vélelle fasse partie du groupe des méduses et des coraux (Cnidaires), il s'agit d'un hydrozoaire : une colonie de petits individus appelés polypes, portés par un disque bleu foncé, surmonté d'une voile transparente.

Vos observations aideront à mesurer la fréquence de ces arrivées et à mieux connaître les zones d'échouages. Partagez vos observations des vélelles dans l'Action BioLit « Les Saisons de la Mer ».

Vous trouverez plus d'informations dans la pièce-jointe.
 
Fichier joint: 

Agenda BioLit Juillet 2021

Toutes les activités près de chez vous !

Avec l'AGENDA BIOLIT, vous retrouverez toutes les activités BioLit du mois organisées près de chez vous !

Plus d'information sur les activités BioLit de de juillet 2021 dans l'Agenda.

BioLit Junior : retour sur la dernière sortie naturaliste pour la classe de CE2/CM1 d’Alain Colas de Dinard (35)

Les protecteurs du littoral

Lors de la séance précédente, la classe de CE2/CM1 d’Alain Colas (Dinard 35) ont découvert le littoral de la plage du Port Blanc (Dinard, 35). Ils ont pu comprendre l’importance et le rôle de la laisse de mer qui est un véritable écosystème. Pendant cette première sortie, ils ont constaté que plusieurs déchets se trouvaient sur la plage et qu'ils pouvaient avoir un impact sur cet environnement précieux.

Déterminés, les protecteurs du littoral ont parcouru les 190m de longueur de plage à la recherche de tous les déchets qu’ils pouvaient trouver : mégots de cigarettes, filets de pêche, emballages plastiques, morceaux de polystyrène etc. Ils ont remarqué que la majorité des déchets trouvés étaient d’origine terrestre (mégots, emballages plastiques etc.) et qu’une autre partie d’origine marine (filets et cordes de pêche, poches ostréicoles etc.). Ils ont vite adopté les bons gestes et déposé tous les déchets présents sur la plage dans le bac à marée installé à cette occasion.

Ma plage, espace de biodiversité

La campagne d'observation de la biodiversité du bord de mer - A partager en famille !

Grâce à des méthodes simples, Planète Mer invite, dès le 25 juin, tous les promeneurs du bord de mer à participer, dans le cadre de son programme BioLit, à une grande campagne d’observation de la biodiversité littorale intitulée « Ma plage, espace de biodiversité ».

 

Elle se déroulera sur toutes les plages de France. Il s’agira pour tous les promeneurs d’observer la biodiversité, de la photographier avec son smartphone, et de partager ses photos sur biolit.fr.

Une activité ludique à faire en famille !

 

Toutes ces observations vont constituer un inventaire de la biodiversité littorale qui viendront s’ajouter aux 120 000 données déjà collectées et aux 862 espèces du bord de mer identifiées.

 

L’objectif est de permettre aux scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, partenaire historique du programme BioLit, d’analyser l’écosystème côtier, essentiel au bien-être des personnes et à l’ensemble des activités économiques humaines. 

 

Peut-on être accompagné pour faire des observations ? Bien sûr ! Il suffit de contacter l’un des 80 relais locaux de BioLit présents tout le long du littoral. Ils proposent régulièrement des sorties pour vous guider dans les observations BioLit et vous faire découvrir la vie du bord de mer. Une carte des relais est accessible sur biolit.fr.

 

Je participe !

Cycle BioLit Junior avec la classe de CE2/CM1 d’Alain Colas à Dinard (35)

Retour sur la sortie du jour

Aujourd’hui en ce 8 juin 2021 c’est la journée mondiale des océans. Quoi de mieux que de faire découvrir le littoral, sa diversité d’habitats et d’organismes à la classe de CE2/CM1 d’Alain Colas de Dinard (35) !

 

C’est donc parti pour une matinée d’exploration à la plage du Port Blanc (Dinard 35), à la découverte d’un habitat du littoral : la laisse de mer ! Ils ont vu que cet habitat, à l’interface terre-mer, est important pour lutter contre l’érosion des plages. Ils ont aussi appris que la laisse de mer est une véritable source de vie, à la base d’une chaîne alimentaire pour de nombreuses espèces du littorales allant de la puce de mer jusqu’aux poissons en passant par les oiseaux marins limicoles.   

Grâce à diverses missions d’enquêtes, les élèves ont pu partir à la chasse aux composants de la laisse de mer : algues, coquillages, animaux, végétaux terrestres et malheureusement déchets… Mais ils ont vite compris que ce dernier n’était pas un composant naturel et n’avait pas lieu d’être ! En tant que protecteur de la mer, les élèves ont donc pu mettre les déchets qui étaient présents dans la laisse de mer; dans le bac à marée installé pour cette fonction à l’entrée de la plage. 

Un nouveau cycle BioLit Junior commence !

A découvrir

Planète Mer accompagne dans la découverte du littoral les élèves de la classe de CE2/CM1 d’Alain Colas à Dinard (35). Ce nouveau cycle composé de quatre séances, s’articule en deux séances faites en classe et en deux séances sorties nature sur la plage du Port-Blanc à Dinard (35).

La nouveauté cette année, la création d’un carnet de bord élève ludique qui permettra à nos scolaires de découvrir et de mieux connaître toute la richesse de la biodiversité marine qui les entoure. Chaque séance a pour but de les familiariser au fonctionnement de la vie en bord de mer et de leur montrer quel rôle ils peuvent jouer pour mieux protéger le littoral.

A la fin de ce cycle, ces élèves seront de vrais explorateurs et protecteurs de la mer !

Le réseau des relais de BioLit s’agrandit !

Qui sont les nouveaux membres ?

Ces derniers mois, le réseau des relais de BioLit s’est agrandit avec l’arrivée de 3 nouvelles structures. On vous en dit un peu plus sur elles et surtout comment les contacter pour faire des activités autour de BioLit.

 

Watch The Sea

C’est une association créée en 2019. Elle a pour objectif la protection de l’environnement au travers le développement et la diffusion de la pratique éco-citoyenne du seatrekking. Ses missions sont les suivantes :

  • Développer la pratique éco-citoyenne consistant à randonner en autonomie en mer et à terre le long du littoral appelée le « seatrekking »
  • Protéger l’environnement en collectant et en catégorisant des déchets trouvés dans la nature, et en réalisant des observations de biodiversité et de santé des écosystèmes ;
  • Sensibiliser, éduquer et former les pratiquants, coordinateurs et organisateurs d’activités en relation avec les objectifs listés.

Basée à Marseille (13), l’association organise des seatrekking partout sur le littoral, les prochaines dates seront publiées dans l’agenda de BioLit

Plus d’info sur Watch the Sea ici

 

Cap sur la Nature

Basée à Concarneau (29), CAP vers la nature intervient partout en Bretagne dans le domaine de l’éducation à l’environnement. L’association accompagne ceux qui souhaitent (re)découvrir le monde qui nous entoure, fait découvrir la richesse et la productivité des milieux littoraux et incite à des comportements responsables.

Cap vers la Nature développe actions, animations et outils pédagogiques pour :

  • Sensibiliser le plus large public au monde vivant qui l’entoure ;
  • Mettre en relation biodiversité du littoral et biodiversité humaine (âges, métiers, centres d’intérêt, modes d’expression) ;
  • Valoriser les actions des professionnels de la terre et de la mer en faveur d’une gestion durable de la ressource et des écosystèmes ;
  • Créer des situations de dialogue et développer des espaces de citoyenneté.

 

Plus d’info sur Cap vers la Nature ici

 

Nature en Expérience

Créée en juillet 2019 et basée à La Forêt Fouesnant (29), "Nature en expériences" est une micro-entreprise qui a pour but de proposer des animations sur les thématiques de la nature, de la science et de l’environnement.

Ces animations sont proposées sous forme de découverte, d’expérimentation et d’observation, tout cela de façon ludique afin d’apprendre en s’amusant. Le but étant de provoquer des émotions fortes sur l’environnement qui les entourent et de leur donner envie de le protéger.


Plus d’info sur Nature en expérience ici

Les mercredis de Planète Mer au Hublot !

Venez découvrir la biodiversité du littoral au Hublot

Pour l’équipe de Planète Mer à Marseille, c’est la reprise des activités sur le bord de mer.

Nous vous donnons rendez-vous au Hublot, l'espace dédié au milieu marin conçu par la Ville de Marseille. Planète Mer vous y propose de participer à des ateliers ludiques pour découvrir la biodiversité du littoral. 
Pendant les ateliers, vous deviendrez incollables sur la biodiversité littorale et vous apprendrez comment, vous aussi, vous pouvez vous impliquer dans sa préservation avec BioLit.

Nous avons hâte de vous retrouver !

Rendez-vous à partir du 9 juin un mercredi sur deux en juin et tous les mercredis en Juillet et août, de 9h30 à 12h30 et de 14h à 19h à l’ancien poste de secours des plages situé entre l’Escale Borely et les jeux d’enfants en bois (crabe et bateau).

Retrouvez l'évènement ici et plus d'informations sur le site 

Zoom sur le rapport d'activités 2020 de Planète Mer

Découvrez les temps forts de l'année

Si Planète Mer a rapidement ressenti l’impact de la crise sanitaire sur ses activités de terrain dès le début du confinement, néanmoins, la vie des programmes ne s’est pas arrêtée avec le virus, loin de là !

 

Dans ce rapport d’activités, vous découvrirez les temps forts qui ont rythmé cette année passée et les nombreuses perspectives de développement qui se dessinent au bénéfice des océans.

 

Ces pages racontent comment l’équipe a fait face à cette année plutôt hors du commun et de quelle manière elle a conservé intactes ses aspirations à construire un équilibre durable entre vie marine et activités humaines.

 

Consultez le rapport d'activité ici. Bonne lecture !